Lisa Creskey

LISA CRESKEY: SUNSET CRUISE

How will the delicate ecosystems of three discrete oceans intermingle in the Arctic? These confluences are imagined in a fantastical landscape in Lisa Creskey’s latest exhibition, Sunset Cruise – one in which the bedrock has eyes, and maw-like crevasses appear to devour seabirds.

But a seabird is never just a seabird in Creskey’s work – here are gannets and Parasitic Jaeger birds, and Tingmiatornis Arctica, an ancient denticulated species akin to a cormorant. Has a prehistoric seabird come back to life now that the planet has warmed? The layering of imagery is suggestive, never didactic. A little research will tell you that Tingmiatornis Arctica lived in an Arctic that was semitropical – a fossil story adding yet another layer to Creskey’s vision.

Textured is a good adjective to describe this exhibition; it has prickly spines and strange teeth, a subtle warp and weft. Within the work, strands of thinking and feeling are blended together in the most intuitive manner, and poetic relationships are revealed – between rock, whale, bird, bone and porcelain. Most concerning, of course, is the relationship between the past and the future. In taking this Sunset Cruise, we recall a doomed voyage while glimpsing a world in which – tragically – an icebreaker is no longer needed.

–Jenny Haysom

Comment les écosystèmes délicats de trois océans distincts vont-ils se mêler dans l’Arctique ? Ces confluents sont imaginés dans un paysage fantastique dans la dernière exposition de Lisa Creskey, Sunset Cruise – un paysage dans lequel le substrat rocheux a des yeux, et des crevasses en forme de gueule semblent dévorer les oiseaux de mer.

Mais un oiseau de mer n’est jamais qu’un oiseau de mer dans l’œuvre de Creskey – il y a les fous de Bassan et les oiseaux parasites de Jaeger, et le Tingmiatornis Arctica, une ancienne espèce denticulée qui ressemble à un cormoran. Un oiseau de mer préhistorique est-il revenu à la vie maintenant que la planète s’est réchauffée ? La superposition des images est suggestive, jamais didactique. Une petite recherche vous dira que Tingmiatornis Arctica vivait dans un Arctique semi-tropical – une histoire de fossile ajoutant encore une autre couche à la vision de Creskey.

Texturé est un bon adjectif pour décrire cette exposition ; elle a des épines piquantes et des dents étranges, une chaîne et une trame subtiles. Dans l’œuvre, les fils de la pensée et des sentiments se mélangent de la manière la plus intuitive possible, et des relations poétiques se révèlent – entre la roche, la baleine, l’oiseau, l’os et la porcelaine. La relation entre le passé et l’avenir est bien sûr la plus préoccupante. En prenant cette croisière au coucher du soleil, nous nous souvenons d’un voyage maudit tout en apercevant un monde dans lequel un brise-glace n’est plus nécessaire.

–Jenny Haysom

Sunset Cruise

The rapid thawing of the arctic is revealing many new archeological findings. The recently discovered prehistoric toothed arctic bird Tingmiatornis arctica is used as a visual reference in this work, alongside the humpback whale, a species spotted in arctic waters outside its normal range. I play with the forms of animals which are intertwined with the form of an icebreaker ship and abstracted to create a surrealist organic landscape.

By constructing this work in two parts balancing together, I hope to explore the idea of fragility that is inherent to clay to convey the sense of peril that surrounds the subject.

Le dégel rapide de l’Arctique révèle de nombreuses nouvelles découvertes archéologiques. L’oiseau arctique préhistorique à dents Tingmiatornis arctica, récemment découvert, est utilisé comme référence visuelle dans cet ouvrage, aux côtés de la baleine à bosse, une espèce repérée dans les eaux arctiques en dehors de son aire de répartition normale. Je joue avec les formes d’animaux qui sont entrelacées avec la forme d’un brise-glace et qui sont abstraites pour créer un paysage organique surréaliste.

Dans ce paysage, je crée des interactions oniriques entre l’homme et la faune pour exprimer comment les êtres humains du monde entier tentent de traiter émotionnellement les découvertes actuelles sur le changement climatique et son importance.

Sunset Cruise (2020)
porcelain(e)
H56 x L72 x D50 cm / 17 kgs
$4500 

TINGMIATORNIS ARCTICA - AURORA

This work reflects upon the recently discovered prehistoric toothed arctic bird Tingmiatornis arctica which resembled a cormorant and was alive during the Cretacious Period when the arctic had a semi-tropical climate. Through small resin panels embedded in the wings of the work, I stage dream-like interactions between people and this bird from long ago, set in a semi-tropical garden.

Tingmiatornis arctica – Aurora (2021)
Baltic birch panel, pyrography wood-burned, painted, varnished, with small porcelain herons and dried wildflowers embedded in epoxy resin
H122 x L240 x D5 mm
$2000

Cette œuvre se penche sur l’oiseau préhistorique arctique à dents Tingmiatornis arctica, récemment découvert, qui ressemblait à un cormoran et qui vivait à l’époque du Crétacé, lorsque l’Arctique avait un climat semi-tropical. Grâce à de petits panneaux en résine intégrés aux ailes de l’œuvre, je mets en scène des interactions oniriques entre des personnes et cet oiseau d’il y a longtemps, dans un jardin semi-tropical.

Tingmiatornis arctica – Aurora (2021)
Panneau de bouleau baltique, pyrogravure au feu de bois, peinture, vernis, avec de petits hérons en porcelaine et des fleurs sauvages séchées encastrés dans de la résine époxy
H122 x L240 x D5 mm
$2000

TINGMIATORNIS ARCTICA - LILAC AND SMOKE

In this work, we are presented at first-glance with an atmospheric scene of cormorants nest-building, bathing and flying. Smoke rising from the water and the hills make us think of mist or a forest fire; this leads us to notice the teeth of the birds and transports us back 90 million years to a time when Tingmiatornis arctica flew over the semi-tropical arctic waters and mountains, which could erupt at any moment.

Tingmiatornis arctica – Lilac and Smoke (2021)
acrylic on canvas
H50 x L40 cm
$1800

Dans cet œuvre, on nous présente au premier coup d’œil une scène atmosphérique de cormorans en train de construire leur nid, de se baigner et de voler. La fumée qui s’élève de l’eau et des collines nous fait penser à un brouillard ou à un feu de forêt ; cela nous amène à remarquer les dents des oiseaux et nous transporte 90 millions d’années en arrière, à une époque où Tingmiatornis arctica volait au-dessus des eaux et des montagnes arctiques semi-tropicales, qui pouvaient entrer en éruption à tout moment.

Tingmiatornis arctica – Lilac and Smoke (2021)
peinture acrylique sur toile
H50 x L40 cm
$1800

LISA CRESKEY SUNSET CRUISE 4-24-09/2021 LISA CRESKEY SUNSET CRUISE 4-24-09/2021
...RIDING DUSK....CREPUSCULE A CHEVAL ...RIDING DUSK....CREPUSCULE A CHEVAL

TINGMIATORNIS ARCTICA - SUNSET CRUISE

Scientists have predicted that due to the increasing melting of the sea-ice of the Northwest Passage, animal species from the Arctic Ocean, Pacific and Atlantic Ocean will interact in unprecedented ways. I stage dream-like interactions between humans and wildlife. A vessel is placed on a structure that suggests the flippers of a humpback whale or perhaps bones, perhaps a landscape.  In this dream-like setting, I see the ocean space as symbolic of creativity. I imagine this bubble of creative silence shifting in a perilous way.

Tingmiatornis arctica – Sunset Cruise (2020)
whale sculpture plus single bowl
porcelain
H40 x L40 xD50 cm / 26 kgs
$7000

Les scientifiques ont prédit qu’en raison de la fonte croissante de la glace de mer du passage du Nord-Ouest, les espèces animales de l’océan Arctique, du Pacifique et de l’océan Atlantique interagiront de manière inédite. Je joue avec les formes de ces animaux que j’entremêle et que j’abstrais pour créer un paysage organique surréaliste. Un vaisseau est placé sur une structure qui suggère les nageoires d’une baleine à bosse ou peut-être des os, peut-être un paysage.  Dans ce cadre onirique, je vois l’espace océanique comme un symbole de créativité. J’imagine que cette bulle de silence créatif se déplace de manière périlleuse.

Tingmiatornis arctica – Sunset Cruise (2020)
sculpture de baleine avec bol
porcelaine
H40 x L40 xD50 cm / 26 kgs
$7000

HALOCLINE

The Arctic Ocean contains a natural buffer layer between the colder, fresher waters of the Arctic and the warmer, saltier waters of the Atlantic – the halocline layer. The halocline is a border separating two different worlds in the ocean. It is a world unto itself, rich in ocean detritus and creatures that feed upon it.

I have used the idea of a border between two worlds as a way to represent the world we live in now. In this work, the idea of sight is represented by the Arctic sea birds. Like canaries in a coal mine, these birds and the changes that can be observed in their diets act as messengers of atlantification.

Halocline (2020)
bowl on small flippers base
porcelain
H42 x L40 x D26 cm / 4.5 kgs
$1500

L’océan Arctique contient une couche tampon naturelle entre les eaux plus froides et plus douces de l’Arctique et les eaux plus chaudes et plus salées de l’Atlantique – la couche d’halocline. L’halocline est une frontière séparant deux mondes différents dans l’océan. C’est un monde à part entière, riche en détritus océaniques et en créatures qui s’en nourrissent.

J’ai utilisé l’idée d’une frontière entre deux mondes comme moyen de représenter le monde dans lequel nous vivons actuellement. Dans cet ouvrage, l’idée de vue est représentée par les oiseaux marins de l’Arctique. Comme les canaris dans une mine de charbon, ces oiseaux et les changements que l’on peut observer dans leur alimentation agissent comme des messagers de l’atlantification.

Halocline (2020)
bol sur base de nageoires
porcelaine
H42 x L40 x D26 cm / 4.5 kgs
$1500

ABOUT / À PROPOS DE LISA CRESKEY

Lisa Creskey is a ceramic artist and painter who explores the visual storytelling potential of the clay medium through sculpture and installation. Investigating themes of nature, history and time, Lisa creates immersive worlds in which to look for connections and to pose questions on essential concerns for humanity and the environment.

Her most recent international recognition includes Finalist in the 2020 Taiwan International Ceramics Biennale, Honorable Mention in the Korea International Ceramic Biennale KICB2019 and being awarded a 2019 Taiwan Ceramics Residency hosted by the New Taipei City Yingge Ceramics Museum. 7 International Honours – Lisa received an Honorable Mention award and a 4th Place in the Viewer’s Choice Awards in the Gyeonggi International Ceramic Biennale GICB2017 in South Korea, Finalist in the Mark Rothko Centre’s 2017 International Contemporary Ceramics Competition MEMORY BOX in Latvia, a Recommendation Prize in the 2016 Taiwan Ceramics Biennale, Finalist in the 2014 Taiwan Ceramics Biennale, Honorable Mention Prize in the 2014 Concordia Continental Ceramics Competition 5 in Saint Paul, Minnesota, USA, Finalist in the 2012 4th Biennial Concordia Continental Ceramics Competition and Finalist in the 2012 Taiwan International Ceramics Biennale.

Lisa was commissioned by the City of Ottawa to create a sculpture as a gift for Princess Margriet of the Netherlands in 2020. Lisa’s work received the 2018 Helen Copeland Memorial Award in Ceramics (Craft Ontario), she is the recipient of the Prix du CALQ 2017 – Work of the Year in the Outaouais (Conseil des Arts et des Lettres du Québec) for her solo public exhibition Match in Gatineau, Québec and the 2017 FUSION Fireworks Award of Merit from Fusion: the Ontario Clay & Glass Association.

Lisa grew up on a farm in Ripon, Québec, and studied Studio Art/Art History at Concordia University in Montreal and painting at Parsons School of Design in New York. Lisa lives and works in Chelsea, Québec, Canada.

ARTIST TALK / RENCONTRE AVEC L'ARTISTE

Lisa Creskey est une artiste céramiste et peintre qui explore le potentiel de narration visuelle de l’argile à travers la sculpture et l’installation. En explorant les thèmes de la nature, de l’histoire et du temps, Lisa crée des mondes immersifs dans lesquels elle cherche des liens et pose des questions sur les préoccupations essentielles de l’humanité et de l’environnement.

Ses plus récentes reconnaissances internationales comprennent une place de finaliste à la 2020 Taiwan International Ceramics Biennale, une mention honorable à la Korea International Ceramic Biennale KICB2019 et l’obtention d’une 2019 Taiwan Ceramics Residency accueillie par le New Taipei City Yingge Ceramics Museum.

Distinctions internationales – Lisa a reçu une mention honorable et une 4e place dans le prix du public à la Gyeonggi International Ceramic Biennale GICB201 en  orée du Sud; finaliste du 2017 International Contemporary Ceramics Competition MEMORY BOX du Mark Rothko Centre en Lettonie; un prix de recommandation à la 2016 Taiwan Ceramics Biennale; Finaliste de la Taiwan Ceramics Biennale de 2014; Prix de la mention honorable de la 2014 Concordia Continental Ceramics Competition 5 de Concordia à Saint Paul, Minnesota, États-Unis; Finaliste de la 2012 4th Biennial Concordia Continental Ceramics Competition; et Finaliste de la 2012 Taiwan International Ceramics Biennale.

Lisa a été chargée par la ville d’Ottawa de créer une sculpture comme cadeau pour la princesse Margriet des Pays-Bas en 2020. L’œuvre de Lisa a reçu 2018 le Helen Copeland Memorial Award in Ceramics (Craft Ontario), elle est lauréate du Prix du CALQ 2017 – Œuvre de l’année en Outaouais (Conseil des Arts et des Lettres du Québec) pour son exposition publique solo Match à Gatineau, au Québec, et le prix du mérite 2017 FUSION Fireworks de Fusion (the Ontario Clay & Glass Association).

Lisa a grandi sur une ferme à Ripon, au Québec, et a étudié l’art studio/l’histoire de l’art à l’Université Concordia de Montréal et la peinture à la Parsons School of Design de New York. Lisa vit et travaille à Chelsea, Québec, Canada.

OTHER CONTRIBUTORS / D'AUTRES CONTRIBUTEURS

Jenny Haysom was born in England and raised in Nova Scotia. She has a Master’s degree in English Literature from the University of Ottawa, and has worked for independent booksellers, the Ottawa Public Library, and as Prose Editor for Arc Poetry Magazine. Her writing has been published widely, most recently in The Fiddlehead, Juniper, The New Quarterly, and The Walrus. Her debut poetry collection, Dividing the Wayside (Palimpsest Press, 2018), was shortlisted for the Gerald Lampert award and won the Archibald Lampman prize for poetry. She lives in Ottawa with her family.

Jenny Haysom est née en Angleterre et a grandi en Nouvelle-Écosse. Elle est titulaire d’une maîtrise en littérature anglaise de l’Université d’Ottawa et a travaillé pour des libraires indépendants, la Bibliothèque publique d’Ottawa et comme rédactrice en prose pour le magazine Arc Poetry. Ses écrits ont été largement publiés, notamment dans The Fiddlehead, Juniper, The New Quarterly et The Walrus. Son premier recueil de poésie, Dividing the Wayside (Palimpsest Press, 2018), a été sélectionné pour le prix Gerald Lampert et a remporté le prix Archibald Lampman pour la poésie. Elle vit à Ottawa avec sa famille.

Ian Roy is a writer and screen printer living in Ottawa. He is the author of five books, including the poetry collection Red Bird. His first novel for children, The Girl Who Could Fly, will be published this spring.

Ian Roy est un écrivain et un sérigraphe qui vit à Ottawa. Il est l’auteur de cinq livres, dont le recueil de poésie Red Bird. Son premier roman pour enfants, The Girl Who Could Fly, sera publié ce printemps.

www.thisisianroy.com

THANK YOU TO OUR SPONSORS / MERCI À NOS COMMANDITAIRES: